SECONDE CHANCE – Iléana MÉTIVIER

2deChance

SECONDE CHANCE – Iléana MÉTIVIER

5.00 sur 5
Prix   |   23,90€

UN MESSAGE DE TOLÉRANCE, DE RESPECT ET D’AMOUR

(SORTIE LE 5 AVRIL 2017)

 

Nina, Théo, Sofiane, Estéban et Violette, viennent des quatre coins de la France. Dans la valise de chacun, les problèmes tissés d’un passé trop lourd. Choisis pour faire partie du projet de réadaptation « La Ferme », ils devront apprendre à vivre ensemble pour dépasser leurs maux et tenter de se reconstruire.
Une seconde chance pour se tourner vers l’avenir que Sandrine et Gino, leurs éducateurs, sont bien décidés à leur offrir, malgré les tourments de l’adolescence, et les coups de la vie.

 

Iléana Iléana publie son premier roman à vingt‑cinq ans. Passionnée de littérature, elle a conscience que les livres permettent non seulement  de s’évader, mais aussi de véhiculer certaines idées et valeurs. Curieuse et touche‑à‑tout, elle cuisine, tricote, jardine, tout en se formant à l’acupressure… Son écriture est chargée de cette énergie vitale.

 

Chaque personnage tour à tour narrateur, nous entraîne dans son histoire et sa transformation. Un ouvrage sincère, touchant, qui fait germer l’espoir dans le terreau de la souffrance.

 

Broché 13.5 x 20 cm, 434 pages.
EAN : 9791094276082
Roman

 

 

 

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailfacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Extrait

Sandrine

Je reposai le dernier dossier sur la table basse du salon en bois de hêtre, couverte de feuilles volantes et de tasses de café.
Gino me lança un regard lourd de sens : réussirait‑on ? Je lui répondis par un sourire à peine esquissé, c’était le maximum que je pouvais lui donner.
Pourrais‑je les reconnaître lorsqu’ils se tiendraient devant moi ? Les quelques informations communiquées par leurs fichiers me permettraient‑elles de les différencier les uns des autres ?
Nous avions choisi de ne pas trop en savoir sur les adolescents afin de minimiser nos a priori. Les documents ne contenaient que leurs noms et un résumé de leur vie en foyer. Le détail de leurs entretiens et suivis psychologiques se trouvait dans un tiroir du bureau fermé à clef.
— Comment s’en sortir, Sandrine ?
Gino s’avachit dans son fauteuil, l’air dépité.
— Deux adultes pour cinq adolescents. Nous avons toutes les chances de notre côté, affirmai‑je.
— Comment aider une gamine abusée sexuellement pendant les dix premières années de sa vie, devenue presque nymphomane ?
— Nous sommes là pour poser les limites qu’ils n’ont pas eues dans leur enfance. Tu la recadreras dès que son comportement ne sera plus approprié, le rassurai‑je.
Il se redressa et s’installa plus confortablement.
— Tu te rends compte du poids sur nos épaules ? Si nous menons à bien ce projet, d’autres fermes ouvriront l’année prochaine. C’est un projet énorme. Combien de nouvelles structures, combien d’ados y participeront ? Tout ce stress, en plus de la pression habituelle : l’avenir de cinq jeunes est entre nos mains.
Une vague de panique me submergea. Je ne pus que grogner.
— Je ne ferme pas l’œil depuis trois nuits à cette pensée. Au fait, qu’as‑tu fait pour mériter cette « promotion » ?
— Trois nuits ? Depuis que tu as emménagé ici, donc. J’ai présenté plusieurs projets tout au long de ces dix dernières années. Ils ont été bénéfiques pour les gosses qui y participaient. À la base, l’idée vient de mon groupe de travail.
Je le regardai, ébahie. L’auteur de cette incroyable idée se tenait devant moi !
— Bon Dieu ! m’écriai‑je. Tu sais, quand j’ai appris ma mutation ici, quand j’ai lu ta proposition, je me suis fixée pour objectif de te serrer la main en te félicitant ! Je n’y crois pas ! Finalement, je vais bosser avec toi !
J’étais heureuse, Gino m’en apprendrait davantage sur mon métier d’éducatrice. Comment parvenait‑il à concevoir de telles entreprises ? Quelle était son approche avec les jeunes ? Une personne qui crée un projet aussi énorme devait forcément aller plus loin dans son métier que la majorité d’entre nous. Pour sûr, la collaboration serait intéressante, quoi qu’il se passe.
— En fait, c’est moi qui t’ai choisie.
— Pardon ?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailfacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
5.00 sur 5

1 avis pour SECONDE CHANCE – Iléana MÉTIVIER

  1. 5 sur 5

    :

    Un livre à lire d’urgence !

    SECONDE CHANCE est un roman qui m’a enthousiasmée de la première à la dernière page !
    Sous la plume – très visuelle – d’Iléana Métivier, le récit se développe, encourage et démontre la toute puissance de l’amour et de la bienveillance envers les autres.
    À ce titre il devient, en lui-même, une expérience de vie pour le lecteur.

    Des adolescents, très tôt déconstruits par la vie, en isolement, deux éducateurs Sandrine et Gino, des personnes denses, hors normes, dont le dévouement humain évoquent les paroles de Saint-Exupéry :
    «La grandeur d’un métier est avant tout de servir les hommes ; il n’est qu’un luxe véritable et c’est celui des relations humaines.»

    Grâce au rôle très juste de Sandrine et Gino et aux interactions des membres du groupe, l’auteure révèle avec succès les thématiques de tolérance, respect, amour, bienveillance qu’elle souhaite véhiculer et transmettre au moyen de son œuvre littéraire…

    Page après page, le lecteur découvre à quel point les humains forment un tout. On est ce que les autres font de nous, en bien ou en mal, et réciproquement. Ces jeunes vont apprendre à faire les choix pour eux-mêmes, pas ceux influencés par les autres, mais ceux qui sont en accord avec leur moi profond et leur éthique de vie personnelle…

    Une belle suggestion est aussi proposée, celle de prendre le temps de se découvrir tel qu’on est réellement, hors séduction trompeuse, pour ceux qui feront couple plus tard…

    La lecture est très agréable, légère, le lecteur se plonge dans un récit allant crescendo. Les échanges intimes sont sincères, sans tabou, les paroles venant du fond de l’âme de chacun.

    Le dénouement est très touchant…

    Seconde chance est un livre qui prouve la valeur ineffable du lien entre les humains, un lien qui arrive jusqu’au lecteur car le récit nous fait don de belles expériences de vie…

    «Le roman est un instrument pour la connaissance de l’homme» affirmait Bernard Lecherbonnier, Docteur en littérature comparée.

    Les belles pages écrites par Iléana Métivier sont en accord parfait avec cette affirmation…

    Bravo Iléana, c’est avec impatience que nous attendons la sortie de L’EVEIL !

Ajouter un Avis

*