BOB et Moi – Patrice GRÉE

9791094276068

BOB et Moi – Patrice GRÉE

5.00 sur 5
Prix   |   7,90€

Bob ne comprend rien. Et quand il comprend… Il s’en fout !
Un maître à penser.

C’est l’histoire de deux cabots, un chien et son maître.
Des conséquences de l’infidélité dans le couple parental, à la recherche d’une marque de yaourt au Carrefour de Villejuif, la vie contemporaine se déroule avec humour et finesse, au gré des chienpitres de cet anti-manuel d‘Éducation canine.
L’auteur projette avec une jubilation non dissimulée, ses émotions les plus intimes sur son Boxer, un chien au cœur de jeune fille, dans un corps de catcheur. Le regard puissant de Bob plonge alors dans sa mémoire, pour ramener à la surface les souvenirs d’enfance refoulés…
Mais ce petit éloge de l’anthropomorphisme est avant tout, vous l’aurez compris, une histoire d’Amour !

 

Ce que nous savons de l’auteur ? Pas grand chose à vrai dire…
Libraire de 1 mètre 76 et 74 kg, il navigue sans sextant, au large de la cinquantaine. C’est à peu près tout !

 

La Presse est unanime !
Enfin un livre qui ne changera rien à votre vie ! (Psymag)
On aime le thon du bouquin. (Le Pêcheur Français)
Une enfance aux abois. (Le Nouvel Os)
On a rien compris. (Téléamoi)
Poilant et poignant. (Les Éditrices)

 

Broché 10.5 x 15 cm, 158 pages.
EAN : 9791094276068
Humour

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailfacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Information Complémentaire

Poids 120 g

Extrait

Bob ‘Art :
Lorsque vous sortez du frigo une authentique saucisse de Morteau de quatre-cent-cinquante grammes, fumée dans un tuyé du Haut-Doubs, que vous la déposez sur la table de la cuisine, en souriant bêtement car, épicurien depuis tout petit, vous adorez la Morteau avec des frites surgelées, mais qu’un coup de fil inopportun vous éloigne de la pièce, vous découvrez une poignée de minutes plus tard, conversation close, que votre assiette est vide, alors que vous êtes seul dans cette maison. Seul, avec Bob ! Il est, en ces circonstances exceptionnelles, raisonnable d’avoir un sérieux doute sur votre Boxer. Doute confirmé par son attitude surjouée de chien ronflant bruyamment sur la banquette, mais dont le regard oblique qu’il vous lance toutes les cinq secondes à la dérobée, trahit la culpabilité ! Son blanc d’œil, plus épais que d’habitude, est le signe incontestable de la conscience de son méfait. Le rire alors, d’un coup d’éponge, efface le larcin, et un petit morceau de gâteau le récompense. J’ai toujours eu beaucoup de difficultés avec les manuels d’Éducation canine.

Éloge du mensonge :
J’encourage régulièrement mes enfants à me mentir. Lorsqu’un problème surgit, qu’une faute est commise, ils me mentent. Je fais semblant, alors, de les croire, et ainsi tout rentre paisiblement dans l’ordre. Cela évite soupçon, colère, rancœur, pression, menace, punition, dénonciation, désir de revanche, soumission humiliante à la parole adulte.
Je n’ai jamais compris les adultes qui ne supportent pas que les enfants mentent. C’est beau un enfant qui ment ! Il en faut du courage, et de l’astuce, pour mentir effrontément à un adulte qui veut faire cracher un aveu à un petit, jouissant ainsi sans honte de sa puissance. Il en faut de l’intelligence à l’enfant, et de la compassion, pour protéger les adultes de leur bêtise. Ce sont des qualités humaines qu’il faut récompenser. La vérité est toujours ambivalente, à tiroir double- fond, multiple, chiante, en-dessous de tout, moralisante, compliquée, douteuse, fouteuse de merde. Alors que le mensonge, lui, est franc !

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailfacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
5.00 sur 5

1 avis pour BOB et Moi – Patrice GRÉE

  1. 5 sur 5

    (client confirmé):

    Un plaisir jubilatoire à la lecture de ce merveilleux petit bouquin très drôle et plein de tendresse. J’ai pleuré de rire au passage de « Sophie la girafe » p78…

Ajouter un Avis

*